Hackers et experts de la sécurité informatiques : une souche commune ?